Carrière

Alejandro Valverde, surnommé El Imbatido pour ses multiples victoires chez les jeunes, est passé pro en 2002 à la Kelme. En 2005, l'Espagnol rejoint l'équipe Iles-Baléares (devenu Caisse d'Epargne puis désormais Movistar), où il se révèle au plus grand nombre. Désormais un des tout meilleurs coureurs mondiaux, au palmarès chaque année plus riche, Alejandro conserve deux rêves en tête : le Tour et le Mondial.

--> Lire toute sa biographie
---> Saison 2010

---> Saison 2009

---> Saison 2008
---> Saison 2007
--->
Saison 2006
---> Saison 2005
---> Saison 2004
---> Saison 2003
--->
Saison 2002

Archives

Palmarès

Victoires chez les pros : 72 (au 19/07/2012)
dont le Tour d'Espagne, 2 Liège/Bastogne/Liège, 4 étapes du Tour de France, 2 Dauphiné Libéré, la Flèche Wallonne, le Tour de Romandie, etc.

---> Voir tout son palmarès

Suivez la Balaverde !

SITE OFFICIEL
http://desmond.imageshack.us/Himg814/scaled.php?server=814&filename=siteoff.jpg&res=medium

BLOG OFFICIEL
http://desmond.imageshack.us/Himg43/scaled.php?server=43&filename=blogoff.jpg&res=medium

TWITTER d'ALEJANDRO
http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQWN6hoA-p2tMAUzQI0H3gPabhBp50_R0Lt-_cXj8QdflXKRWLe

Bonus

Couvertures :

                


Vidéos :

J'ai regroupé des vidéos de victoires de Valverde et de montages réalisés par des fans.

--> Rubrique Vidéos

Maillots et tenues :

-->
Acheter la tenue Movistar


http://desmond.imageshack.us/Himg407/scaled.php?server=407&filename=movistarbanner.jpg&res=medium

Anciennes tenues d'Alejandro vendues :
--> Caisse d'Epargne 2010
--> Tour d'Espagne 2009 (maillot de oro)
--> Kelme 2002 à 2004

 
Le best-of :

Revivez les meilleurs moments de la carrière de la Balaverde !

10e : 5e étape du Tour de Romandie 2010
9e : Médaille d'argent au Mondial 2003
8e : Mont Ventoux au Dauphiné 2009
7e : La Pandera - Vuelta 2003
6e : El Morredero - Vuelta 2006
5e : Plumelec - Tour 2008
4e : Doublé Flèche - Liège 2006
3e : Tour d'Espagne 2009
2e : Liège-Bastogne-Liège 2008
1er : Courchevel, Tour 2005

Portraits de fans :

Semaine 1 : Clément
Semaine 2 : el abuelo
Semaine 3 : Kamil
Semaine 4 : Supermamy
Semaine 5 : Fabrice
Semaine 6 : Sophie
Semaine 7 : Yvan Fuente
Semaine 8 : Pascal
Semaine 9 : Clément
Semaine 10 : Chris
Semaine 11 : Romain

Le blog a changé d'adresse depuis 2012. Retrouvez toute l'actu d'Alejandro Valverde sur cette adresse : http://vengavalverde.overblog.com/

24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 22:22

Le Tour est maintenant terminé, et comme annoncé le blog touche à sa fin. Pour ce troisième et dernier volet des bilans, tournons-nous vers les semaines, mois et années à venir...

Le court terme
:
Dès aujourd'hui, Alejandro part pour Londres où il disputera samedi l'épreuve en ligne des JO. Initialement, son intention était plus d'aider Freire que de jouer sa carte personnelle, mais le forfait de son compatriote, tout comme celui de S.Sanchez (vainqueur sortant) change la donne. Alejandro semble vraiment motivé (plus qu'il y a quelques semaines, ais-je l'impression), même s'il reste prudent ("Je ne promets rien, mais je ferai tout mon possible pour avoir une médaille"). On n'a cesse de répéter que le parcours, plutôt plat, convient uniquement aux sprinters, mais rappelons tout de même que les équipes nationales des JO sont très réduites (5 coureurs pour l'Espagne par exemple) ce qui limite la possibilité pour les équipes de sprinters de "cadenasser" la course, comme ça peut être le cas sur un Mondial. Les JO, c'est très spécial : un mélange d'audace, d'opportunisme, de loterie, et de bonnes jambes évidemment. Là-dessus, Alejandro n'a à craindre personne puisqu'il sort du Tour en bonne condition, encore bien frais ; plus que prévu,  même ! Eusebio Unzue en livre l'explication ainsi que son corollaire : les pépins du Murcian en première semaine ont fait qu'il ne s'est pas autant dépensé que prévu (il en a gardé, involontairement, sous la pédale). C'est d'ailleurs ce qui a réaccrédité la possibilité (grandissante) de le voir s'aligner sur la Vuelta, où il ne serait alors pas à court de "jus" comme on le pensait jusque là.

Le moyen terme :
Sa saison 2012, entamée dès janvier, s'assimile à un vrai marathon. Après les JO, il disputera la Clasica San Sebastian le 14 août, peut-être la http://desmond.imageshack.us/Himg191/scaled.php?server=191&filename=325685banderolevalverde.png&res=landingVuelta ou sinon les canadiennes, et en fin de saison le Mondial. Ma crainte, s'il dispute la Vuelta, est qu'il la termine "cramé" et qu'il ne soit donc pas en forme pour le Mondial, la course par excellence où je l'attends cette saison (il a là une opportunité royale). La Vuelta débute déjà dans moins de 4 semaines, et entre temps il ne se sera pas totalement reposé puisqu'il continuera un peu à courir ; de plus, le parcours est particulièrement exigeant (bien plus que celui du Tour qui vient de s'achever). La concurrence sera rude pour la victoire : Contador, Rodriguez et Anton, eux, arriveront frais, et ce diable de Froome a l'intention de jouer la gagne, lui aussi...On rajoute Van den Broeck et Gesink, et ça fait du monde. Néanmoins je ne crois pas qu'Alejandro lui-même pense vraiment au général : la Movistar aura déjà 3 leaders avec Cobo (le vainqueur sortant), Quintana et Intxausti. Son objectif a priori serait plutôt de gagner des étapes. Il est vrai que les opportunités seront nombreuses !
L'alternative (pour préparer le Mondial), qui jusqu'ici tenait le plus la corde, consistait en une succesion de courses d'un jour : JO, San Sebastian, Plouay, canadiennes, par exemple. Je trouve ce programme très alléchant !
La décision de sa participation à la Vuelta n'est pas urgente : elle ne se fera peut-être qu'au dernier moment, annonce Unzue. Une victoire à la San Sebastian (ou aux JO) pourrait la remettre en cause.
Si Alejandro va à la Vuelta, il pourrait remporter de beaux succès et nous faire vibrer, et ce qu'on recherche, après tout. Simplement, il faut mettre ça en balance avec la possibilité d'une victoire au Mondial...et là, tout de suite, les choses sont différentes ! Une participation à la Vuelta n'hypothèquerait pas totalement ses chances pour le Mondial, bien sûr (en règle générale, on dit d'ailleurs plutôt le contraire : la Vuelta est souvent présentée comme la préparation idéale), mais le fait est qu'Alejandro a déjà le Tour dans les jambes et que c'est l'année de son retour, ce qui change la donne habituelle.

Le long terme :
Alejandro a 32 ans et probablement encore quatre ou cinq saisons au plus haut niveau. C'est beaucoup et peu à la fois. Chaque saison doit être optimisée pour en tirer le meilleur. A ce titre, l'exemple de 2008 est intéressant, car il s'agit (pour moi) de sa plus belle saison (victoires à Liège, au Dauphiné, au Championnat d'Espagne, à Plumelec et à la San Sebastian) alors qu'il a, paradoxalement, "raté" ses quatre grands objectifs (général du Tour, JO, Vuelta, Mondial). Il faudrait donc à mon avis qu'il ait un certain nombre d'objectifs dans une même saison, pas seulement le Tour. Surtout que vu le nombre de chutes importantes depuis 2-3 ans en début de Tour, il ne faut pas négliger le risque de se blesser lourdement et de rater ensuite par conséquent le reste de la saison ; or pour peu que le malheureux coureur ait sacrifié sa première partie de saison pour le Tour...ça fait une année de gâchée ! Alejandro ne peut pas se le permettre. Rien que pour ce risque, je pense que Valverde devrait réhabiliter les ardennaises comme véritable objectif, et plus globalement les courses d'un jour.
Concrètement, si je devais allier mes espérances au réalisme, je dirais que sont à la portée d'Alejandro pour la suite de sa carrière : un second Grand Tour (je penche pour la Vuelta), trois belles étapes sur le Tour (en montagne, ou à la Plumelec), le Championnat du Monde, un "monument" (troisième Liège ou Milan San Remo ou Tour de Lombardie), et une grande course d'une semaine (de préférence, Paris/Nice qu'il n'a pas encore remporté). 5 objectifs en 5 saisons, en sachant évidemment qu'il ne les atteindra sans doute pas tous et qu'il en réalisera peut-être d'autres (je n'ai pas parlé du podium du Tour, de l'l'Amstel, des JO, d'un nouveau succès à la San Sebastian ou au Championnat d'Espagne, etc.). Parmi ces 5 objectifs, sachant qu'il en a déjà atteint certains jusqu'ici, ma préférence va, vous ne serez pas surpris, au Mondial...Dès cette année à Valkenburg ? Ca serait génial, sur tous les plans : un succès inégalable dans son palmarès, le maillot irisé pendant un an, sa saison de retour très réussie, les quelques doutes balayés sur son niveau actuel dans les grandes courses d'un jour...sans oublier une formidable émotion. On en rêve d'avance !

Quoi qu'il en soit...
Un grand merci pour votre fidélité ici, pour avoir fait vivre le blog en commentant et débattant autour de l'actu d'Alejandro. On n'a pas toujours été d'accord, encore très récemment avec le dernier article à propos de ses ambitions pour le Tour, mais c'est le principe des débats ! La seule règle ici, c'était de soutenir Alejandro. Notre communauté de supporters s'est peu à peu agrandie et va maintenant, je l'espère, migrer sur le blog de Benoit (http://autour-du-velo.over-blog.com), déjà de qualité même si je compte sur votre indulgence car il faut un peu de temps au début pour prendre ses marques !
Je ne m'interdis pas de réécrire à l'occasion (ici ou sur son blog), si l'envie me prend un jour de partager avec vous quelques réflexions, ou simplement pour partager une joie après une belle victoire (car bien entendu, je continuerai à suivre et supporter Alejandro du mieux que je peux). L'important est que cela reste un plaisir, tout comme l'a été le fait de tenir ce blog depuis environ 6 ans. Notre fameux cri du coeur, Venga !, je vous le lance aussi à chacun d'entre vous, dans vos vies respectives. On aura passé un bout de temps ensemble, et je n'oublierai jamais cette expérience, forcément marquante. Ciao les amis !

Published by Clément
commenter cet article
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 16:28

Avant de se dire au revoir, le moment est venu de faire quelques bilans ! Pour ce deuxième volet, intéressons-nous à ce Graal que représente le maillot jaune pour Valverde...

Le Tour est comme une obsession chez Valverde. L'édition 2012 tout juste terminée, on apprend que le Tour 2013 sera de nouveau son principal objectif la saison prochaine (source). L'option de découvrir le Giro et de doubler ensuite avec la Vuelta est donc a priori écartée, une nouvelle fois. Le Tour obsède Valverde, il le fascine, le fait rêver. Qu'importe ses déconvenues, ses déceptions sur la Grande Boucle ; il ne retient que ses grandes joies vécues sur la course française, et plus encore, il conserve apparemment intacte son ambition de podium, son rêve de maillot jaune.

Le Tour 2013 sera plus montagneux, avec moins de chrono (un contre-la-montre par équipe de 20 km et un autre individuel, http://www.laverdad.es/murcia/prensa/noticias/201207/23/fotos/11150606.jpgc'est tout). Il comportera plus d'arrivées au sommet (Prudhomme rêve de voir Quintana se révéler l'an prochain). Le parcours sera donc plus favorable à Valverde. Peut-il pour autant viser le maillot jaune ? A-t-il vraiment les moyens de lutter contre Wiggins, Froome, Contador, A.Schleck...?
Je pense que cette année, Valverde, au mieux (c'est-à-dire au meilleur niveau et sans pépins) aurait pu être au niveau de Nibali (dont le profil est similaire à celui d'Alejandro, et dont le Tour a été très réussi, puisqu'il a atteint le podium et a tout donné, en attaquant quand il le pouvait) ou peut-être de façon plus réaliste de Van den Broeck.
Le problème du Tour, c'est que les "si" ne marchent pas. Avec des "si", on pourrait mettre Paris en bouteille, Paris et ses Champs-Elysées, son podium final...Alors oui, si Valverde n'avait pas eu son problème de genou en 2005, s'il n'avait pas chuté au début de l'épreuve en 2006, s'il n'avait pas attrapé un virus en 2007, s'il ne s'était pas blessé en 2008, et s'il n'avait pas connu une telle poisse en première semaine cette année, oui il aurait pu pourquoi pas atteindre le podium. Mais si, justement, on prenait le problème dans l'autre sens ? Et si tout simplement, cette succesion de "si" montrait qu'il n'était pas fait pour le général du Tour ? Je n'affirme rien, je pose l'hypothèse. Cette hypothèse, elle se fonde sur un constat : il connaît toujours (au moins) un pépin sur le Tour qui l'empêche d'être au meilleur niveau.

Finalement, pour moi il ne s'agit pas tant d'un problème de talent, de niveau (mis à part pour les chronos) : Valverde a un niveau similaire à celui de S.Sanchez (4e en 2010) et sans doute pas éloigné de celui de Nibali (3e) cette année. Ou du moins, il peut retrouver ce niveau en 2013 (c'est vrai que cette année, il était encore irrégulier, mais c'est normal pour un retour) : ses bonnes perfs dans les Pyrénées cette année tendent à le montrer. Autrement dit, il a eu et a toujours les jambes pour un podium (en revanche, le maillot jaune me semble inaccessible, sauf dans les années de transition comme 2006, qui était peut-être une opportunité unique). Mais le potentiel ne se concrétise pas toujours. Dans le cas de Valverde, la première semaine lui est souvent fatale (et quand ce n'est pas elle, c'est une météo infernale qui l'affaiblit) ; trop souvent. Comme Gesink, il serait ce grimpeur qui n'arriverait pas à surmonter tous les obstacles, tous les pièges, éviter toutes les chutes et autres pépins de ces premiers jours de tous les dangers, où comme l'énonce le dicton, on ne peut pas gagner le Tour mais on peut le perdre.

D'où les 2 idées suivantes :
1) Continuer à viser le Tour, mais en partant avec l'objectif de gagner des étapes et se mettre un peu moins de pression pour le maillot jaune. L'an prochain, des trois étapes disputées en Corse, une seule devrait être destinée aux sprinters ; dès le début du Tour, Alejandro aura donc a priori deux occasions de batailler pour les étapes. S'il voit au fil de la course qu'il est toujours en lice pour une bonne place au général, il adapterait alors son attitude en conséquence. Mais vouloir à tout prix le podium risque de continuer à l'exposer à des déceptions, comme sur le Tour qui vient de s'achever, alors qu'en soi, si l'on oublie son objectif de départ, il a remporté une magnifique étape pyrénéenne et fait un top 20 au général, ce qui est déjà très bien pour un coureur revenant de suspension. Dans une interview à L'Equipe pendant l'épreuve, il a confié ceci : "J'ai beaucoup donné au cyclisme. En retour, il m'a beaucoup apporté, des joies mais aussi...beaucoup de peines". Peut-être se met-il tout simplement trop de pression pour le général du Tour.
2) S'essayer à Giro-Vuelta ou même simplement faire une saison avec un seul Grand Tour, la Vuelta. Je suis convaincu que Valverde a encore (au moins) un Grand Tour dans les jambes, mais probablement pas le Tour. Sur la Grande Boucle, il peut nous faire vibrer, comme il l'a fait à Peyragudes ou avant à Plumelec, mais viser le maillot jaune, je n'y crois pas vraiment. En revanche, tout comme Basso a remporté le Giro la seconde année de son retour, je pense que Valverde peut s'imposer à nouveau sur la Vuelta, où il y a moins de stress, de tension, ce qui lui correspond mieux, en définitive. Se fixer cet objectif a l'avantage, en outre, de pouvoir se permettre de faire une grande campagne de classiques au printemps, de prendre le temps de récupérer l'été (il ne disputerait que le Dauphiné et le Championnat d'Espagne, fin juin), et de faire une belle fin de saison, avec la Vuelta, le Mondial et la Lombardie.

http://www.letour.fr/PHOTOS/TDF/2012/1700/61-b.jpg

Published by Clément
commenter cet article
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 17:55

Le Tour est maintenant terminé ; avant de se dire au revoir, le moment est venu de faire quelques bilans ! Aujourd'hui, prenons un peu de recul sur les 3 semaines écoulées.

Le Tour 2012 de Valverde (20e du classement final à 42'26" de Wiggins) peut se découper de 3 façons :

● Une poisse sans nom en première semaine, qui a forcé Alejandro à revoir ses ambitions à la baisse, ou du moins à oublier son objectif de podium. Suite à cela, Alejandro a été atteint par ce que j'appelle le syndrome Moncoutié : la peur des chutes et de la nervosité en général, qui l'a conduit a préféré rester dans les dernières positions du peloton, là où il se sentait le plus à l'aise. C'est ce que raconte Sergi Lopez qui a couvert le Tour pour El Periodico : les autres coureurs ont dit de lui qu'il était devenu peureux. Il n'était plus le Valverde de d'habitude (il ne l'est redevenu qu'en 3e semaine). Un exemple parlant est celui de l'étape du 14 juillet, au cap d'Agde, où il perd 14 minutes (!) sur une cassure, et où il dit à l'arrivée qu'il "n'a pas insisté davantage" lorsqu'il a vu qu'il était piégé. Le général, il l'avait bel et bien laissé tomber ; d'où sa non-envie de se battre pour être sans cesse parmi les premières positions du peloton.

● A la fin de la 1ere semaine est arrivé (du moins c'est mon impression) un temps avec une baisse de moral, heureusement assez courte (du week-end du Jura au début des Alpes, dirais-je, donc quelques jours), avant ensuite un regain d'optimisme. A mon avis, le jour où son moral fut au plus bas fut le soir de l'étape de Porrentruy, qui venait couronner 3 jours de malheurs (2 chutes et une cassure le vendredi ; une crevaison le samedi juste avant La Planche des Belles Filles ; et une forte chute le dimanche où il est, qui-plus-est, tombé involontairement sur son ami S.Sanchez qui se fracture la clavicule). Alejandro a eu besoin de soutien, surtout après cet épisode avec S.Sanchez, afin qu'il ne rentre pas illico à Murcie, lassé d'un tel gâchis sur ce Tour. Il dit qu'il n'a jamais pensé à abandonner, mais je crois tout de même que tous les messages d'encouragement qu'il a reçu ont contribué à le motiver et in fine ont joué un rôle dans sa victoire à Peyragudes. Pedro Delgado, avec qui il s'est longuement entretenu lors de la 1ere journée de repos, l'a ensuite bombardé de messages sur son portable (en lui donnant des conseils, en particulier). Pascale Schyns, traductrice officielle du Tour mais surtout son attachée de presse, a fait de même, notamment en transmettant notre message groupé qui a touché Alejandro. Du reste, c'est lui, de tout le peloton, qui a reçu le plus de courriers en première partie de Tour, largement devant le 2e d'ailleurs. Tout cela a compté, c'est évident.

● Plus ou moins parallèlement à cet aspect psychologique, Alejandro a, enfin, connu une période où son niveau physique est allé crescendo (quoique irrégulièrement), comme il l'avait prévu, en fait. Sur la 1ere étape des Alpes (celle du Grand Colombier), il a tenu le rythme des 10 meilleurs : ce fut la 1ere note optimiste de son Tour. Le lendemain (l'étape de La Toussuire), il s'est montré très costaud en démarrant comme une bombe dans la Madeleine, mais de façon surprenante il s'est fait lâché dans la Croix de Fer au train par le groupe d'échappé mené par Kern. Enfin, lors de l'étape suivante, après avoir tenté de s'échapper à nouveau, il se fait décramponner dans le col de Granier (1ere cat.) alors que le peloton comportait encore une bonne quinzaine de coureurs, signe qu'il était encore loin de son meilleur niveau. En fait, ses sensations n'étaient pas mauvaises dans les Alpes, elles étaient simplement trop irrégulières ; elles sont devenues franchement meilleures dans les Pyrénées, où il est parvenu à suivre les favoris en montagne. Lors de la grande étape Aubisque-Aspin-Tourmalet-Peyresoudres, il a fait très bonne impression en figurant au sein du petit groupe Van den Broeck, juste derrière le trio composé des deux Sky et de Nibali. Pour la 1ere fois depuis son retour, il montre alors sur une très grande course qu'il a encore le niveau des meilleurs en montagne (pas le niveau de Wiggins et Froome, mais juste derrière). Enfin, comme vous le savez, il brille le lendemain avec une superbe échappée, en attaquant dans le Port de Balès où il décramponne tous ses rivaux et résistant à l'assaut des Sky dans la montée finale pour finalement lever les bras avec quelques secondes d'avance (ouf...). "Une des trois plus belles victoires de ma carrière, à côté de Courchevel en 2005 et de celle du Willunga cette année" dit-il.

A ces trois points, j'en ajouterais un 4e : l'offensive.
Ses déboires dans la première partie du Tour l'ont amené à adopter un comportement dont il n'a pas l'habitude (et qu'il avait même écarté avant le départ du Tour dans les interviews, en disant que ça n'était pas profitable !) : prendre les échappées en montagne. Il a essayé à plusieurs reprises : d'abord à Porrentruy (les Sky ont refusé de le laisser partir), puis lors de la 11e étape où s'il envole dans la Madeleine (avant de lâcher dans la Croix de Fer), ensuite deux fois le lendemain dans le col du Cucheron avec Costa (nouveau refus des Sky), et enfin le jour de sa victoire à Peyragudes. De ses 4 tentatives, 2 ont fonctionné au début, et parmi celles-ci, 1 a réussi jusqu'à la fin, la dernière.
Finalement, même si ça n'était pas forcément le comportement qu'il imagineait avoir, Alejandro a donc été offensif sur ce Tour, en nous gratifiant de belles perfs : on retiendra par exemple son attaque dans la Madeleine, tranchante, percutante, efficace. Exactement dans le même style que celle du Ventoux sur le Dauphiné 2009.

Il a couru avec panache, avec les jambes qu'il avait, c'est à dire irrégulièrement bonnes. On peut le féliciter, car il n'a pas cédé à la solution de la facilité, qui aurait été soit d'abandonner, soit de baisser les bras une fois le top 5 hors d'atteinte. Il s'est battu, n'a pas renoncé même après avoir été rembarré par les Sky à plusieurs reprises, et ça a payé au bout du compte. Grâce à sa détermination, il a sauvé son Tour ! Du reste, il termine 5e du classement du meilleur grimpeur ; intéressant pour l'avenir.
Un mental de champion même après des moments difficiles ; une classe sur le vélo qu'il a encore déployée lors de l'étape de Peyragudes, que ce soit dans les deux dernières ascensions ou dans les descentes ; ne manque plus qu'un peu plus de constance au haut niveau en montagne, et ça y est, on pourra définitivement proclamer le grand retour de la Balaverde.

Published by Clément
commenter cet article
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 19:02

Après sa victoire jeudi, Alejandro dit avoir mal dormi, car trop éprouvé nerveusement suite au final qui fut très tendu : "J'ai eu tellement peur qu'ils me rattrapent derrière que je n'ai pas pu m'enlever ensuite cette image de la tête". On le comprend : les derniers kilomètres de cette étape resteront dans nos mémoires comme parmi les plus haletants de sa carrière., au même titre que les derniers kilomètres de Courchevel en 2005, de Liège Bastogne Liège en 2008 ou de La Pandera sur la Vuelta 2009, pour prendre les 3 exemples qui m'avaient jusqu'ici le plus marqués. Au passage, comme certains le faisaient justement remarquer jeudi soir, il s'agit bien là de sa 4e victoire d'étape sur le Tour, puisqu'il faut compter aussi Super Besse en 2008 suite au déclassement de Ricco !

4 victoires en 5 éditions disputées (pratiquement 4 disputée puisqu'il a abandonné sur chute dès la 3e étape en 2006), ça commence à faire très joli. Au niveau du général, en revanche, ce n'est toujours pas ça : il termine 20e de l'édition 2012, avec les déboires que l'on connaît, mais qui ne peuvent, à eux seuls, expliquer cette place en-deça des attentes initiales. J'y reviendrai dans le bilan de ce Tour, mais je peux déjà néanmoins nuancer cette déception en pointant le fait qu'Alejandro s'est montré très bon dans les Pyrénées : d'une part, bien sûr, lors de l'étape de jeudi (il remporte l'une des trois étapes de ce Tour qui arrivaient au sommet - et encore, la Planche des Belles Filles n'est pas une grande étape de montagne, simplement une arrivée difficile - ce qui n'est pas rien : il n'a pas gagné n'importe quelle étape, mais bel et bien une des plus belles de ce Tour !!), mais aussi (et surtout en termes d'enseignements pour ses prochains Grands Tours) la veille, où il a tenu à la pédale le rythme du petit groupe des poursuivants mené par Van den Broeck derrière le trio Wiggins-Froome-Nibali sur la fin. C'est intéressant pour 3 raisons : il a bel et bien les moyens de lutter avec les meilleurs en montagne, même si ça ne s'est pas autant vu qu'on l'espérait sur ce Tour ; de plus, il fait parti des coureurs les plus "frais" en 3e semaine, ce qui est bon signe pour les Grands Tours à venir ; derniert point, les Pyrénées peuvent tout à fait lui convenir, finalement !
Pour autant, je pense que ce Tour doit lui servir de révélateur pour qu'il n'y fasse plus une fixation pour ses prochaines saisons ; plusieurs signes me font dire qu'il a tout intérêt à essayer Giro-Vuelta, par exemple, ou simplement la Vuelta, mais là encore, j'y reviendrai dans mon bilan.

La Vuelta, justement, elle revient dans ses plans ! Mais pour dès cette année...Sa décision, qui m'étonne je dois dire, est semble-t-il pratiquement prise depuis quelques jours (la 2e journée de repos), mais il faudra voir si sa victoire d'étape le fait changer d'avis (a priori, il semble que non). Néanmoins il attendra sans doute, avant de confirmer sa participation, de voir ses résultats aux JO et à la Clasica San Sebastian (s'il gagne, il pourrait avoir moins envie de faire la Vuelta) ; concernant la San Sebastian, il rappelle qu'il l'avait remportée en 2008 justement après avoir gagné une étape sur le Tour...un bon signe !

Published by Clément
commenter cet article
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 15:17

Impressionnant Valverde, qui remporte sa 4e victoire d'etape sur le Tour !!

Courchevel 2005 en grimpeur, Plumelec et Super-Besse 2008 en puncheur, Peyragues 2012 en baroudeur, attaquant, grimpeur, descendeur...
Avec un panache extraordinaire, en particulier dans le final ; un final haletant, d'anthologie pour nous supporters, où son avance fondait seconde par seconde, où l'on a eu peur jusque dans les derniers instants.
Quel bonheur de le voir offensif et victorieux, de le voir ainsi sauver son Tour, avec la manière !
On n'oubliera pas de saluer la belle attitude de Nibali : sans son attitude (il s'est relevé du groupe d'échappés), le scénario aurait été bien différent.

Réaction d'Alejandro : "Cela faisait un moment que j'attendais cette victoire. C'est une victoire que je voulais vraiment, dans une étape très difficile et très importante, et enfin j'ai pu aller la décrocher. J'étais tellement heureux que je n'ai pas pu contenir mon émotion. J'ai travaillé pendant 2 ans pour arriver à un tel résultat. J'étais en grande forme au départ du Tour, mais la malchance était au rendez-vous avec plusieurs chutes et crevaisons au début des cols. Il a par conséquent fallu faire une croix sur le général et se reconcentrer sur les étapes. J'ai vraiment beaucoup souffert aujourd'hui car l'étape a été dure du début à la fin. Nous n'avons jamais vraiment possédé beaucoup d'avance, et il n'y a pas eu un seul moment de répit jusqu'au moment de franchir la ligne. J'ai eu très peur dans le final. Les forces commençaient à me manquer et cela revenait très fort à l'arrière. C'est épuisé que j'ai franchi la ligne mais tellement heureux ! Je veux remercier mon équipe. Merci à Ruben et Rui pour le travail réalisé dans l'échappée, et merci à tout le reste de l'équipe, ceux présents sur le Tour et ceux qui sont à la maison."

BRAVISSIMO CAMPEON !!!

Published by Clement
commenter cet article
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 20:20

Valverde a montré ces deux derniers jours qu'il n'avait rien perdu dehttp://lh6.ggpht.com/-wQB9hcX3YTU/T_lmJWuX6NI/AAAAAAAAEio/ah0feeue6pk/065.JPG sa détermination à gagner une étape, même si les jambes ne sont pas toujours aussi bonnes qu'espérées ; quelles sont ses opportunités, désormais ?
- Demain samedi, il y a un réel risque de bordures, mais c'est plutôt plat ; il y a bien à 3 km il y a un bon faux-plat qui dure 2km, jusqu'à la flamme rouge, néanmoins ce n'est pas certain que ça assez sélectif pour lui.
- Dimanche, attention, avec deux cols de 1ere catégorie dans le final, dont le Mur de Péguère, annoncé comme redoutable (voir le profil du col) !! Le sommet est à 40km de l'arrivée mais il pourrait tout de même y avoir des dégâts. Un col pour Valverde ? Pas forcément en fait, puisqu'il a l'air de préférer les cols plus roulants. Mais s'il a vraiment les jambes, c'est une belle opportunité, surtout que l'arrivée est long faux-plat montant !
- Lundi sans doute sprint, et mardi repos. Ensuite, mercredi et jeudi, deux grosses étapes de montagne dans les Pyrénées : la 1ere comportera l'Aubisque, le Tourmalet, l'Aspin et Peryresourde, un truc de purs grimpeurs donc ; et la seconde est également très exigeante, avec dans la dernière moitié de course le très dur Port de Balès et la montée vers Peyragudes. Sur ces deux étapes, tout dépendra de l'état de fraîcheur de Valverde : il peut briller s'il est en forme, mais même remarque que pour l'étape de dimanche sur la nature des cols.
- Enfin la 18e étape le vendredi est la dernière occasion pour les baroudeurs, la dernière occasion pour Valverde, à moins qu'il ne fasse une Vinokourov sur les Champs-Elysées, sait-on jamais...!

Tous avec Alejandro, venga !!

http://www.cyclismactu.net/img/galerie/q2WOhgqROsqR-alejandro-valverde-movistar-team.jpg

Published by Clément
commenter cet article
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 09:44

Comme hier, Valverde a tenté de s'échapper en début d'étape, avec Rui Costa, dans le col du Cucheron,  classé 1er catégorie ! Ils ont essayé d'accélérer deux fois mais la Sky n'a pas voulu les laisser partir, sachant qu'il y avait déjà à l'avant une échappée. Cela montre qu'Alejandro est loin d'avoir baissé les bras : on ne peut que le féliciter de continuer à avoir l'envie, ce qui n'était pas gagné vu sa difficile étape d'hier, très éprouvante.

Au sommet du col du de Granier (classé 1ere catégorie), où il a perdu du terrain comme beaucoup (le groupe des favoris était réduit à 15 coureurs), il pointait à 33" du groupe Wiggins. Il est revenu ensuite, avec la descente.

En revanche il n'est pas arrivé avec le petit peloton sur la ligne (au contraire de Cobo et Costa), sans doute lâché (délibérement ?) dans la petite montée du final : il arrive 52e dans un groupe à 45" de Wiggins. Il devient 19e du général, à 18'55" de Wiggins.

http://epreader.elperiodico.com/PRODUCTOS%5CPeriodico%5CPUBLISH%5C20120713%5Ces%5CPAG051_MEDIA%5Ca061c4ce-443d-464f-8806-ddf920bb86b8_low.jpg

Published by Clément
commenter cet article
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 12:12

L'étape d'Alejandro:
1) Valverde a attaqué comme une bombe au début du col de la Madeleine et a rejoint facilement le groupe de tête qui, au bout du compte, a atteint 26 coureurs parmi lesquels Rolland, Scarponi, Horner, Basso...
2) Dans la Croix de Fer, Valverde n'a pas tenu le rythme de Christophe Kern à l'avant : il est décramponné. Puis, rattrapé par le groupe Wiggins, il a essayé de tenir le rythme quelques minutes mais a craqué là encore.
4) Au sommet du col de la Croix de Fer, il pointait à 45" du groupe Wiggins. Puis avec la petite descente et ensuite dans le col du Mollard, Valverde est revenu dans le groupe Wiggins. Regain d'espoir.
6) Il s'est finalement fait lâcher dans La Toussuire, où le groupe Wiggins explose de toute façon en plusieurs morceaux.
Classement : 22e de l'étape à 8'21" de Rolland (7'24" de Wiggins) ; 18e à 18'10" de Wiggins (il continue sa remontée !).

Commentaire :
Quelle étape...peut-être la plus marquante du Tour d'Alejandro, pour le moment. Son accélération dans la Madeleine restera quoi qu'il en soit dans les mémoires. Son retour "fulgurant", pour reprendre le terme de Jalabert, sur la tête laissait évidemment augurer d'une très grande étape pour le Murcian, et c'est donc avec (mauvaise) surprise qu'on l'a vu défaillir dans le col de la Croix de Fer ensuite, où dès le début, il est vrai, il avait semblé à la peine. C'est l'autre moment-clé de cette journée : que s'est-il passé ? S'était-il trop dépensé avant ? C'est ce qu'il sous-entend dans sa réaction. Néanmoins après son violent effort du début, il était resté au chaud dans les roues du groupe d'échappés. Peut-être faut-il chercher du côté de ses blessures. Peut-être aussi faut-il reconsidérer son niveau en montagne sur le Tour : je ne l'affirme pas, mais je pose l'hypothèse, c'est tout. Il ne faudra en tout cas pas oublier tout cela lors du bilan de ce Tour. Pour le moment, l'heure est plutôt à continuer à supporter Alejandro pour le reste de ce Tour, comme l'invite à faire supermamy dans les commentaires du blog. J'ajouterai que quel que soit le déroulement de la fin de ce Tour (où les opportunités sont, honnêtement, désormais rares), que je ne pourrais commenter sur le blog à partir de samedi, il restera toute la fin de saison à Alejandro pour briller. Ca serait mentir de dire que je n'ai pas été déçu de le voir craquer sous l'impulsion de Kern dans la Croix de Fer ; mais un vrai supporter doit savoir continuer à soutenir son champion même quand il n'est pas au mieux, comme en cette saison 2012, qui est (il faut le rappeler) une année de retour de suspension, donc pas tout à fait une année comme les autres !
Quoi qu'il en soit, Alejandro a tenté aujourd'hui, et c'était une très belle tentative. Il a montré du panache, à défaut de pouvoir montrer un très grand niveau. Cette journée n'aura pas été vaine, car il ne sera pas resté dans les roues. Du reste, il termine finalement 22e de l'étape, ce qui n'est pas si mal. Et sa lente mais régulière remontée au général témoigne du fait qu'il est loin d'être à la rue, n'en déplaisent à certains...18e avec toutes ses chutes et incidents de course, ça reste honorable ! Regardez Gesink qui abandonne la route du Tour ce soir...

Réaction d'Alejandro :
L’étape a été vraiment très dur. Cela a été une des journées lors desquelles j’ai le plus souffert sur le vélo.  Près de 5000 mètres de dénivelé en 148 kilomètres,  cela demande vraiment d’aller au-delà de ses limites. Nous savions que la journée était propice aux échappées et nous avons cherché dès le début à nous glisser dans les coups.  J’ai démarré de derrière dans  La Madeleine pour revenir sur les hommes qui étaient devant et à partir de là, nous avons roulé à fond, sans jamais nous relâcher, toute la journée. L’échappée était la bonne, mais les Sky sont si forts qu’ils ne laissent pas prendre beaucoup d’avance.  Nous ne sommes jamais parvenus à creuser un écart supérieur à 4 minutes et dans une étape comme celle d’aujourd’hui ce n’est vraiment pas grand-chose.  Dans la Croix de Fer je crois avoir payé mes efforts. L’objectif est clair, il s’agit pour nous de tenter de remporter une victoire d’étape, mais si l’équipe du leader continue dans cette même ligne, ce ne sera pas chose aisée.  Nous allons pourtant continuer à le faire, comme aujourd’hui, où l’équipe s’est battue jusqu’au bout."
(Source: Team Movistar; traduction française: www.alejandrovalverde.es)

Published by Clément
commenter cet article
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 14:36

Valverde était globalement bien placé dans l'ascension du Grand Colombier, qui a été plutôt escamotée par les favoris. Au sommet, alors que ça accélérait suite à l'attaque de Van den Broeck, il est même passé 5e du peloton. Ensuite (que ce soit dans la descente, le petit col ensuite puis de nouveau la descente), il était en bonne position : on l'a beaucoup vu aux alentours de la 8e-9e place. Finalement, il a franchi la ligne parmi les premières positions du groupe des favoris, au bout de quelques hectomètres en montée.

On peut dire que c'est une occasion de perdue : ce n'est pas faux, mais comme vous l'avez vu, la victoire s'est jouée entre les échappés. Valverde n'aurait pas pu en être, même s'il l'avait voulu, puisque les Sky ne l'auraient pas laissé partir.
On va donc se contenter du fait que son étape du jour est un bon signe pour demain, où je pense (du moins, j'espère) que la victoire se jouera cette fois entre les meilleurs et non au sein d'une échappée. La montée finale de demain, à la Toussuire, lui convient très bien. De là à pouvoir gagner ? Ca sera dur, parce qu'aujourd'hui il était tout de même sur la défensive, contrairement à Van den Broeck et Rolland par exemple, ou même Nibali ; en même temps, il faut dire le col du Grand Colombier, qui monte par à-coups, de façon irrégulière, n'était pas forcément pour l'avantager, lui qui préfère les montées plus roulantes, comme celle de la Toussuire justement. D'autre part, les coureurs de Sky se sont beaucoup dépensés aujourd'hui, et seront donc peut-être un peu affaiblis demain.
En dehors de l'espoir de la victoire, on verra à quel niveau se situe Alejandro en montagne face aux meilleurs. Aujourd'hui il faisait parti des 10 meilleurs, à mon sens (au contraire de Costa d'ailleurs qui a été dans le dur à certains moments, même s'il termine dans le même groupe qu'Alejandro). Il est d'ailleurs remonté au classement général : il est désormais 23e ! Petit à petit, il grignote son retard...un signe qu'il monte en puissance depuis lundi. Il peut faire une belle fin de Tour, qui sait !

Réaction d'Alejandro :
"Parmi les étapes de montagne, c'est la 1ere où j'arrive entier et c'est déjà une source de satisfaction pour moi dans ce Tour. On a souffert comme tous, mais on est arrivé devant et ça c'est un bon signe. Demain on sait que c'est une bonne étape pour essayer de prendre l'échappée, mais c'est quelque chose que beaucoup vont rechercher. Aujourd'hui c'était plus compliqué, tout le monde voulait y être, j'espère que demain on aura plus de possibilités. Sachant que je ne suis plus en course pour le général, aujourd'hui m'a servi à prendre de la confiance parce que j'ai roulé aux côtés des meilleurs. Véritablement, le temps que j'ai perdu jusqu'à aujourd'hui, en enlevant les chronos, il est dû aux chutes et crevaisons. Sans cela, j'aurais pu être devant au général. Le corps accuse toujours les coups, mais aujourd'hui je me suis senti mieux et j'ai très envie d'apporter de la joie à mes supporters qui, je le sais, attendent que je sois devant".

Source de la photo ci-dessous prise après l'arrivée : Movistar Team.

Classement de l'étape du groupe des favoris :https://distilleryimage10.s3.amazonaws.com/f97b1db6cb6c11e1a94522000a1e8aaf_7.jpg
11. FRA PINOT Thibaut FDJ-BIGMAT + 03' 16''
12. AUS EVANS Cadel BMC RACING TEAM + 03' 16''
13. GBR WIGGINS Bradley SKY PROCYCLING + 03' 16''
14. IRL ROCHE Nicolas AG2R LA MONDIALE + 03' 16''
15. ITA NIBALI Vincenzo LIQUIGAS-CANNONDALE + 03' 16''
16. RUS MENCHOV Denis KATUSHA TEAM + 03' 16''
17. ESP VALVERDE Alejandro MOVISTAR TEAM + 03' 16''
18. GBR FROOME Christopher SKY PROCYCLING + 03' 16''
19. POR COSTA Rui Alberto MOVISTAR TEAM + 03' 16''
20. FRA COPPEL Jérôme SAUR-SOJASUN + 03' 16''
21. BEL MONFORT Maxime RADIOSHACK-NISSAN + 03' 16''
22. SLO BRAJKOVIC Janez ASTANA PRO TEAM + 03' 16''
23. ESP ZUBELDIA Haimar RADIOSHACK-NISSAN + 03' 16''
24. GER KLÖDEN Andréas RADIOSHACK-NISSAN + 03' 16''
25. EST TAARAMAE Rein COFIDIS LE CREDIT EN LIGNE + 03' 16''
26. LUX SCHLECK Frank RADIOSHACK-NISSAN + 03' 16''

Published by Clément
commenter cet article
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 13:25

Trois infos :
* Valverde ne disputera pas la Vuelta, annonce le journaliste Sergi Lopez sur son Twitter. Ce n'est pas une surprise, et c'est une bonne chose en vue de la fin de saison et en particulier du Mondial. Valverde aura un calendrier particulier pour préparer son prochain objectif, où il devrait arriver en forme. Mais après ce Tour, et une fois les JO disputés, il lui faudra prendre un peu du repos, car il aura connu une Grande Boucle éprouvante nerveusement.
Mise à jour : il fera quelques courses d'un jour avant le Mondial, dont peut-être les classiques canadiennes ! Voire aussi Plouay à mon avis.

* Valverde est le coureur ayant reçu le plus de courriers (38) depuis le début du Tour ! http://media.grupojoly.com//cache//0001147012_230x230_jpg000.jpgC'est un signe marquant de sa popularité, d'autant plus qu'il devance largement le 2e coureur le plus populaire, Voeckler (qui a en reçu 28). A ce propos, j'envoie cette après-midi le message d'encouragement, signé par presque une centaine de supporters ; merci à tous !

* Valverde et la Movistar ont donné une conférence de presse lors de cette journée de repos, où le Murcian par ailleurs a roulé 1h. En voici le compte rendu (source Movistar Team ; traduction www.alejandrovalverde.es) :
Valverde s’est montré résigné face à son infortune mais néanmoins motivé face aux nouveaux défis qu’il s’est lancé pour les dix jours de course qui restent.  “Déception n’est pas le mot; c’est plutôt de colère face à la malchance qu’il faut parler. Tomber deux fois le même jour et tomber à nouveau le jour suivant, crever dans les moments cruciaux, cela fait tout de même beaucoup … Il ne reste rien d’autre à faire que de reconsidérer ma façon d’aborder la course et de chercher de nouveaux objectifs, comme par exemple une victoire d’étape. Ce sera difficile car dimanche j’avais essayé de partir avec une échappée mais ils ne m’ont pas laissé prendre de champ. L’équipe du maillot jaune est très forte et elle ne laisse pratiquement aucune chance aux échappées.  J’espère qu’avec l’arrivée de la haute montagne, ils laisseront un peu de marge de manœuvre. Demain et après-demain sont deux bonnes journées pour essayer. Les choses vraiment difficiles vont commencer maintenant. Il a aussi été très dur jusqu’à présent, mais surtout à cause des chutes !
Il ajoute également ceci : “Jamais je n’ai basé toute ma saison sur le Tour parce qu’on n’est jamais à l’abri de ce qui m’est arrivé cette année et d’autres. J'ai toujours essayé d'avoir d'autres objectifs et de ne pas tout sacrifier pour le Tour. C'est vrai que pour une raison ou l’autre, à cause des chutes par exemple, je n’ai jamais été à 100% ici. Je ne renonce pourtant pas à l’idée de monter un jour sur le podium du Tour. Gagner est difficile, mais des coureurs comme Sastre, Evans et même Wiggins qui pourrait s’imposer cette année l’ont fait à un âge égal ou supérieur au mien. La Vuelta aussi m’a résisté pendant longtemps, mais en 2009, je suis finalement parvenu à la remporter”.

http://s5.as.com/recorte/20120710dasdascic_2/XLCO/Ies/20120710dasdascic_2.jpg

Published by Clément
commenter cet article