Carrière

Alejandro Valverde, surnommé El Imbatido pour ses multiples victoires chez les jeunes, est passé pro en 2002 à la Kelme. En 2005, l'Espagnol rejoint l'équipe Iles-Baléares (devenu Caisse d'Epargne puis désormais Movistar), où il se révèle au plus grand nombre. Désormais un des tout meilleurs coureurs mondiaux, au palmarès chaque année plus riche, Alejandro conserve deux rêves en tête : le Tour et le Mondial.

--> Lire toute sa biographie
---> Saison 2010

---> Saison 2009

---> Saison 2008
---> Saison 2007
--->
Saison 2006
---> Saison 2005
---> Saison 2004
---> Saison 2003
--->
Saison 2002

Archives

Palmarès

Victoires chez les pros : 72 (au 19/07/2012)
dont le Tour d'Espagne, 2 Liège/Bastogne/Liège, 4 étapes du Tour de France, 2 Dauphiné Libéré, la Flèche Wallonne, le Tour de Romandie, etc.

---> Voir tout son palmarès

Suivez la Balaverde !

SITE OFFICIEL
http://desmond.imageshack.us/Himg814/scaled.php?server=814&filename=siteoff.jpg&res=medium

BLOG OFFICIEL
http://desmond.imageshack.us/Himg43/scaled.php?server=43&filename=blogoff.jpg&res=medium

TWITTER d'ALEJANDRO
http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQWN6hoA-p2tMAUzQI0H3gPabhBp50_R0Lt-_cXj8QdflXKRWLe

Bonus

Couvertures :

                


Vidéos :

J'ai regroupé des vidéos de victoires de Valverde et de montages réalisés par des fans.

--> Rubrique Vidéos

Maillots et tenues :

-->
Acheter la tenue Movistar


http://desmond.imageshack.us/Himg407/scaled.php?server=407&filename=movistarbanner.jpg&res=medium

Anciennes tenues d'Alejandro vendues :
--> Caisse d'Epargne 2010
--> Tour d'Espagne 2009 (maillot de oro)
--> Kelme 2002 à 2004

 
Le best-of :

Revivez les meilleurs moments de la carrière de la Balaverde !

10e : 5e étape du Tour de Romandie 2010
9e : Médaille d'argent au Mondial 2003
8e : Mont Ventoux au Dauphiné 2009
7e : La Pandera - Vuelta 2003
6e : El Morredero - Vuelta 2006
5e : Plumelec - Tour 2008
4e : Doublé Flèche - Liège 2006
3e : Tour d'Espagne 2009
2e : Liège-Bastogne-Liège 2008
1er : Courchevel, Tour 2005

Portraits de fans :

Semaine 1 : Clément
Semaine 2 : el abuelo
Semaine 3 : Kamil
Semaine 4 : Supermamy
Semaine 5 : Fabrice
Semaine 6 : Sophie
Semaine 7 : Yvan Fuente
Semaine 8 : Pascal
Semaine 9 : Clément
Semaine 10 : Chris
Semaine 11 : Romain

Le blog a changé d'adresse depuis 2012. Retrouvez toute l'actu d'Alejandro Valverde sur cette adresse : http://vengavalverde.overblog.com/

15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 16:15
Alejandro Valverde a abandonné la 5e étape du Dauphiné Libéré après 40 km à cause de problèmes gastriques, les même qu'il avait eu la veille où il avait terminé esseulé l'étape du Ventoux, à presque une demi-heure du vainqueur.

Pour info, Vinokourov, 2e, a laissé la victoire de la 5e étape à son coéquipier Colom.

Valverde a déclaré qu'il avait passé une bonne nuit après l'étape du Mont Ventoux et qu'il n'avait pas été gené pas ses problèmes gastriques, mais que la course est parti trop vite pour lui et qu'il n'a pas reussi a être tout de suite dans le rythme a cause de son calvaire d'hier qui l'a beaucoup fatigué.

Le virus qu'a Valverde aurait touché aussi Hincapie et Danielson. Le coéquipier d'Alejandro, Francisco Perez, a lui aussi abandonné la 5e étape pour les mêmes raisons que son leader.

Voici l'article qui a été publié sur le blog de l'équipe Caisse d'Epargne après l'étape du Ventoux :



Son vélo paraît trop grand pour lui, trop lourd aussi. Valverde flanche, vacille. Dans ce Mont Ventoux qui lui résiste, il est à l’agonie. En cyclisme, la gravité ne va pas dans le sens prédit par Newton, puisqu’elle peut faire dériver un coureur dans une ascension.
 
Au côté de Valverde, son coéquipier Garcia Accosta, alias « Chente ». Un physique de troisième ligne, ou de cultivateur à l’ancienne, des paluches immenses : on préfère lui dire bonjour de loin que de lui serrer la main. C’est la force basque incarnée. La force tranquille, aussi. « T’en fais pas Alejandro, on est bientôt arrivé au sommet ».
 
Sur le bord de la route, un panneau n’est pas d’accord. Il indique 7 kilomètres jusqu’à l’arrivée, qu’au même instant Christophe Moreau franchit en vainqueur. Malgré son mal, Valverde s’approche de la voiture de Xabier, son mécanicien, et demande, d’une voix faible, des nouvelles de l’étape. Il sait qu’il a déjà perdu le Dauphiné, mais la course l’intéresse encore, à moins qu’il cherche un moyen d’oublier son calvaire…
 
Les spectateurs l’encouragent, sur les bas côtés. « Allez Alejandro », crient ceux qui l’ont reconnu. « Allez la Caisse d’Epargne », les autres. D’habitude, Valverde va trop vite pour les entendre. Aujourd’hui, au moins, il en profite. C’est dans les galères qu’on peut compter ceux qui nous soutiennent vraiment.
 
Les panneaux kilométriques sont espacés de distances interstellaires. Alejandro tourne les pédales dans ce vide sidéral, en pure perte, semble-t-il. Tous le monde pense qu’il va abandonner, même lui, peut-être. Mais il tient bon, s’accroche à la course, et parfois un peu à Chente, qui le maintient sur la route. Berger à bicyclette, ne lui manque que le béret.
 
La route monte indéfiniment. Les pulls ont remplacé les t-shirts. Le vent, au détour d’un virage, contrarie un peu plus la faible énergie des deux coureurs. Tout le monde est arrivé. Il n’y a plus qu’eux, sur le parcours de la course, et derrière, à quelques mètres, la voiture balais, qui voudrait bien en ramasser les miettes.
 
Le Sommet du Mont Ventoux est rempli de cailloux. Rien n’y pousse, sauf Chente son leader.
 
Au petit matin, quand Valverde était apparu à la table du petit déjeuner, tout le monde avait compris qu’il n’était pas bien. Une nuit de mal de ventre l’avait vidé et laissé blanc comme la nappe. Coup de froid ou indigestion, indiquait le médecin de l’équipe. Indigestion de stress ? Valverde dit qu’il encaisse les attaques, mais au fond, en a ras la casquette.
 
Et puis, c’est l’arrivée. Fin de galère. « Cette journée difficile te sera utile », glisse Xabier à Valverde, qui le rejoint dans sa voiture en grelottant. « Un jour, tu comprendras qu’elle t’a appris quelque chose. Mais on ne sait pas encore quoi ». Peut être appris que le public l’aimait et le soutenait… Peut être appris que Chente était fort et immense – non, ça, tout le monde le savait déjà.
Published by Cyclisman
commenter cet article

commentaires

JR 16/06/2007 00:21

merci pour vos commentaires !à bientôt sur le blog de l'équipe cycliste GCE

pablo367 15/06/2007 22:37

Alors je m'y suis vraiment cru!!C'est vraiment tres emouvant!!!On dirait que le gars ecrit un scenario de film bravo

Chris 15/06/2007 21:29

sa c'est vraiment un super article. Super émouvant :), bravo

fabrice 15/06/2007 19:26

Très bel article. Bravo.

Cyclisman 15/06/2007 19:47

C'est surtout l'article du blog de la GCE qui est bien ! Bravo au journaliste qui l'a écrit !